Édito INFIN’IDELS octobre 2018

Édito du 7 octobre 2018 

À Aix en Provence 

La qualification de profession d’infirmière libérale suppose la réunion de critères qui ne peuvent être dissociés et qui forme un ensemble non négociable !

Notre pratique expérimentée de compétences repose sur notre qualification et nos compétences professionnelles.

Un exercice quotidien journalier et rigoureux dimanches et fériés inclus , horaires de nuit .

Un métier dont chaque professionnel de santé peut être fier d’en tirer l’essentiel par ses moyens d’actions et d’existence au sein du système de santé .

Nous approvisionnons les secteurs où nous œuvrons de prestations intellectuelles de qualité , et de soins compétents dans le respect de l’intérêt général et du bien de la santé publique .

Nous engageons notre responsabilité personnelle et professionnelle en réalisant des actes  dont certains ne sont pas déléguables et ne pourront jamais l’être

L’essence même de notre respect fait partie de nos activités de soignants, nous sommes contrôlés et sanctionnés de règles déontologiques.

Pour exercer au sein de notre profession l’appellation de « libérale » nous avons accepté l’existence de ces critères spécifiques et nous les validons dans notre pratique .

Nos métiers de professionnels de santé libéraux ne sont pas des activités commerciales .

Nous sommes régis par une nomenclature obligatoire et des tarifs qui en découlent : c’est un point relativement important quand on peut spécifier qu’une infirmière libérale travaille une heure et facture 9,20 € net de l’heure déplacement inclus .

Il faudrait que le raisonnement des instances , des représentants de nos professions , voir même du gouvernement  change et se fixe  sur une seule base fondamentale : celle de considérer que le concept de profession d’infirmière libérale se pose sur des compétences élevées et sur une pratique expérimentée assurant des prestations de haute qualité, il ne nous semble pas judicieux de déqualifier la notion d’un métier protégé par son décret de compétences en ayant recours à des appellations  qui pourraient au contraire nous conduire à une configuration pouvant évoquer une notion d’incompétences alors que nous sommes: des AUXILIAIRES MÉDICAUX !

A ce jour ,nous pouvons lire que se profile la création d’assistants médicaux ce qui est un paradoxe ironique ou une supercherie; puisque notre système de santé actuel en possède plus de 638 000 AUXILIAIRES MÉDICAUX ( chiffre de 2015 rapport DREES)en activité dont: 109 925 libéraux !

L’exercice de notre activité professionnelle se doit de revendiquer  le qualificatif « libérale » il est de surcroît accompli dans le cadre d’une véritable profession organiséet dont les modalités de fonctionnement répondent de caractéristiques  identifiées, codifiées et contrôlées. 

L’élaboration du socle de règles d’éthiques et de déontologie qui nous est imposé et qui est garanti par le respect de ce code de bonne conduite devrait être appliqué par un contrôle du comportement des décideurs envers nos professions !

Rappel de la définition du libéral   « … Est qualifiée de profession libérale, toute activité professionnelle de nature civile exercée à titre habituel par une personne physique ou morale, dont l’objet est d’assurer, au bénéfice d’usagers LIBRES  de leur CHOIX et dans le respect de principes déontologiques, des prestations principalement intellectuelles réalisées au moyen de qualifications professionnelles appro- priées exigeant un niveau élevé de connaissances spécialisées. Quelle que soit la forme juridique, la profession libérale doit être exercée, de manière indépendante dans l’exercice de l’art ou de la science et sous sa responsabilité personnelle, par un professionnel soumis à des obligations éthiques ainsi qu’aux règles spécifiques relatives à sa profession, notamment le respect du secret professionnel.»

Les Auxiliaires médicaux que nous sommes offrent des garanties de compétences , de loyauté ,protègent  la sécurité sanitaire et sont les maillons du système de santé .

Nos spécificités ,essentielles ,à la santé publique se doivent d’être revendiquées , régulées afin que nous puissions continuer à assurer la protection de tous les usagers.

Nous, praticiens justifiant d’un niveau de qualification et d’un décret de compétences devons être impliqués  

C’est donc à nos syndicats représentatifs d’imposer aux instances le respect des ces exigences légales.

Il en est de même pour notre responsabilité personnelle au travers de nos actes professionnels qui représentent une garantie fondamentale des usagers et constitue l’une des valeurs primordiales de notre profession. Cette sécurité repose sur la réalité d’un exercice personnel effectif avec faculté de maîtrises d’actes pluri- techniques et nous revendiquons l’assurance de cette reconnaissance et de sa revalorisation !

Notre profession qui est soumise à un statut réglementé dont le titre et l’activité se doivent d’être  protégés , nous demandons donc à TOUS nos représentants de faire respecter notre décret de compétences et notre statut de professionnels de santé libéraux !

Nous ne voulons pas constater que leurs objectifs soient politiques et (où )personnels:

Ne pas perdre de vue l’essentiel qui consiste à préserver et à consolider les notions qui caractérisent notre profession libérale .

Nos revendications collectives ne sauraient  s’accommoder d’une attitude de laxisme ou d’acceptation de ce qui se profile avec l’arrivée du plan de santé 2019  ou de non respect de la demande urgente de toute la profession .

Syndicat Infin’idels