Prescription et vaccination

Le non droit à la prescription et à la vaccination Covid pour les infirmiers libéraux provoque une levée de contestations de toutes parts.
En un sens, c’est bien ressenti comme une atteinte au Décret de compétences des infirmiers.

Une non reconnaissance pour une profession qui, depuis un an a répondu présente, sans masque, sans soutien et surtout sans une structuration d’exercice, rattrapée au jour le jour à coup de décrets provisoires.

Dans l’esprit de vouloir participer à la vaccination pour le plus grand nombre, cette demande de pouvoir prescrire et vacciner paraît pour les praticiens para médicaux , une évidence.

D’où leur colère de constater qu’ils sont éloignés, encore une fois, au profit d’autres professions.

 

Pour autant , il est nécessaire de rappeler que le fait de prescrire est soumis à une responsabilité juridique et pénale, aspect non négligeable à considérer par les infirmiers libéraux.

 

Le fait de vacciner relève aussi d’une responsabilité directe. En ce qui concerne toute faute et non respect des procédures vaccinales ( transport, chaîne du froid, dosages, suivi etc.)

Le fait que dans l’immédiat le monodose n’existe pas pose directement le problème de la vaccination des patients dans l’incapacité de sortir de chez eux.

Doit on faire 11 prescriptions pour la délivrance d’un flacon? Et par quel pharmacien? dans un respect de non compérage!

Quelles procédures mises en place en cas d’incident grave? L’infirmier libéral est il encore seul avec pour unique interlocuteur un médecin de SAMU, au bout de son téléphone?

Exiger la possibilité de prescrire et de vacciner : oui mais…..
Pas sans exiger la responsabilité de l’État pour protéger le prescripteur faute d’avoir suffisamment de recul sur les effets secondaires à la vaccination
Réfléchir au fait que les praticiens para médicaux sont plus protégés dans une responsabilité diluée en centre de vaccination qu’à leur cabinet en l’état actuel des garanties non existantes pour les protéger

Se demander aussi, si la simple forme de présentation du vaccin , ne met pas elle-même des barrières à une diffusion massive, et le peu de recul que nous possédons, hélas,sur les effets indésirables.

 

Contester pour revendiquer et faire reconnaître ses compétences est une chose, éviter d’aborder les responsabilités qui en découlent en est une autre.
Prescrire et vacciner contre la Covid:  un slogan bien alléchant !

Mais  certainement pas au prix de risques inconsidérés pour les infirmiers libéraux, cette revendication s’accompagne d’un minimum de réflexions!